Line separator

ACTUALITE

Pour suivre notre actualité et retrouver nos projets.

Pour des forêts libres et sauvages !

En 2019, ETATS SAUVAGES se lançait dans un projet fou : récolter des dons pour acquérir des parcelles de forêts, et les laisser en libre évolution. L'idée était de permettre à la nature de respecter son cycle, de compter sur sa résilience pour protéger sa biodiversité, et de permettre à des citoyens d'agir collectivement pour apporter un soutien concret à la protection de l'environnement. Mais au fait, où en est ce projet ? Pourquoi laisser les forêts en libre évolution ? Quel est l'intérêt du bois mort ? Nous vous répondons dans cet article.

 


Forêt sauvage, une campagne marathon


Le projet Forêt sauvage a vu le jour en 2019, peu de temps après la création d'ETATS SAUVAGES. Au fur et à mesure que l'association voyait ses troupes s'agrandir et ses actions de sensibilisation se multiplier, le projet a pris de l'ampleur. C'est en 2021 qu'une première étape clé a été atteinte : grâce à 120 donateurs, ETATS SAUVAGES a acquis 5 hectares de forêt dans le département du Cantal. Située en zone Natura 2000, cette parcelle est une première victoire pour les défenseurs de l'environnement réunis autour de l'association. Une première visite de la parcelle en août 2021 a permis de prendre connaissance du terrain, de sa biodiversité et ainsi du potentiel qu'elle a en termes de préservation des espèces.

Mais l'ambition de l'association ne s'arrête pas là, et ETATS SAUVAGES a récemment reçu le soutien de deux organismes fortement engagés dans la protection de l'environnement : Blue Bees, plateforme de financement participatif dédiée aux projets écologiques et solidaires, et le Jane Goodall Institute France, organisme qui œuvre pour la protection et la compréhension des chimpanzés et autres grands singes, et pour la préservation de leur habitat naturel. Ce soutien se fait dans le cadre du projet "Le réveil des forces sauvages" porté par ces deux acteurs. Ainsi, une nouvelle campagne de crowdfunding est en ligne pour celles et ceux qui souhaiteraient permettre à l'association d'aller plus loin, acquérir de nouvelles parcelles, et protéger ainsi davantage la biodiversité forestière française.


Vous avez envie de nous donner un coup de "pousse" ?


Mais au fait, pourquoi protéger et laisser vieillir les forêts serait-il si important ?


Respecter, préserver, s'intégrer


L'idée du projet Forêt sauvage tient en trois verbes :

  • respecter (les cycles naturels),

  • préserver (la biodiversité forestière)

  • et s'intégrer (dans des espaces et projets de protection plus larges).

En créant des ilots de sénescence, ETATS SAUVAGES entend permettre aux forêts de vivre leur cycle écologique complet, et ainsi s'adapter aux changements climatiques. Ces espaces deviennent des réservoirs de biodiversité où certaines espèces peuvent se développer sans subir (ou en tout cas, moins directement) les impacts des activités humaines. Ils permettent en outre la sauvegarde d'un patrimoine génétique plus riche chez les arbres et la survie de certaines espèces se déplaçant peu ou inféodées aux bois morts.


Ces parcelles peuvent ensuite être interconnectées avec de plus grands réservoirs de biodiversité. Toutes ces initiatives s'inscrivent ainsi dans l'objectif de création de zones dans lesquelles la nature est peu impactée, zones telles que la trame verte et bleue, outil précieux déployé à différentes échelles pour réduire la fragmentation des habitats naturels et mieux prendre en compte la biodiversité sur notre territoire.


Par ailleurs, les forêts nous rendent de nombreux services tels que la captation du carbone, ou encore la régulation de la température. Saviez-vous par exemple que les espaces forestiers sont de véritables îlots de fraîcheur ? Ils constituent des zones naturellement fraiches et/ou rafraichissantes par leur composition, et sont ainsi de véritables espaces de ressourcement, en ville comme à la campagne. Ainsi, à l’échelle du territoire, la préservation des forêts est primordiale. Elle permet d’offrir un espace frais pendant les périodes les plus chaudes, en plus de contribuer négativement au dérèglement climatique.




Le bois mort, c'est (de) la vie !


Créer des îlots de sénescence se traduit notamment par le fait de laisser le bois mort à sa place. Car oui, le bois mort est utile à la vie : 25 % de la biodiversité forestière en dépend ! Et il y a aujourd'hui une véritable urgence à agir pour laisser vieillir les forêts, car 90 % de la surface forestière française est utilisée pour la production de bois, ne laissant ainsi aucune place à son cycle naturel. Insectes, champignons, bactéries, végétaux, oiseaux... les habitants de la forêts dépendent du bois mort, tant pour la qualité des sols que comme source d'alimentation ou d'habitat. Les espèces fluctuent en fonction des essences de l'arbre, de sa taille, sa position et son taux d'humidité.


Les pics par exemple (oiseaux faisant partie de la famille des Picidae) trouvent une partie de leur nourriture dans le bois mort, et y creusent des cavités appelées loges pour y nicher. Ils sont ainsi appelés oiseaux cavicoles primaires car ils créent des trous pour nidifier qui seront ensuite réutilisés par d'autres espèces d'oiseaux (les cavicoles secondaires, tels que les mésanges).


En tout, ce sont environ 35 espèces de mammifères , 68 espèces d'oiseaux cavicoles , 20 espèces d'amphibiens et de reptiles, plusieurs milliers d'espèces d'insectes et de très nombreux gastéropodes , mousses, lichens, champignons... qui se nourrissent ou utilisent l'arbre mort au cours de son cycle de décomposition. Et ce jusqu'à sa transformation en litière puis en humus pour à nouveau enrichir le sol et les autres végétaux de la forêt.


Alors, si vous aussi vous vous dites que les vieilles branches valent le coût d'être protégées, soutenez ETATS SAUVAGES.


107 vues

Posts récents

Voir tout