Line separator

ACTUALITE

Pour suivre notre actualité et retrouver nos projets.

Il est urgent de prendre le temps

" On ne tire pas sur une fleur pour la faire pousser. On l'arrose et on la regarde grandir... patiemment." Ce proverbe africain pourrait parfaitement résumer cet article. La nature a ses lois, son fonctionnement et elle nous enseigne que le temps est notre meilleur allié. Quand on jardine, certes, mais aussi quand on veut s'engager dans la protection de l'environnement. Car le temps est notre ressource la plus précieuse, pour agir et pour vivre dans le respect de notre environnement, de nos ressources, mais aussi de nous-mêmes. Nous vous proposons dans cet article de prendre le temps de faire un pas de côté pour envisager les choses autrement.

 

“ Le temps, c'est de l'argent ”


Ce n'est pas nouveau, et de nombreuses entreprises l'ont bien compris : ce qu'il faut vendre, ce ne sont pas des produits ou des services, mais du temps. De plus en plus de publicités nous vantent l'avantage de se faire livrer ses courses ou ses repas, en nous promettant en échange de ne pas rater notre film du soir, ou de pouvoir profiter de nos activités préférées. Le temps, c'est la ressource la plus précieuse dont nous disposions, car chaque seconde de notre vie qui passe n'existera plus jamais. Aussi, la manière dont nous le dépensons est clé, et révèle nos choix, nos priorités. Dans tous les pans de notre vie, le temps nous permet d'agir pour l'environnement. Par exemple, refuser de consommer des fraises en plein hiver, car ce ne sont pas des fruits de saison, est un acte militant, respectueux de la nature et de son rythme. Faire pousser ces fruits en hiver nécessite entre autres choses d'utiliser de l'énergie et de rejeter du CO2, tout en allant contre la nature. C'est un confort auquel la mondialisation et le développement de nouvelles techniques de culture nous ont habitués, mais qui ne peut être que néfaste pour l'environnement. S’adapter au temps des saisons et de ce qu’elles ont à nous offrir est donc un choix fort de sens et d’impact.





Plutôt que de courir après le temps, prenons le


La bonne nouvelle, c'est que nous avons le choix. Le temps nous appartenant, nous pouvons décider de l'accorder à des actions et des modes de vie qui sont bons à la fois pour nous et pour l'environnement. D'ailleurs, ce n'est pas seulement le rapport au temps qui doit être réfléchi, mais aussi un rapport à soi et aux autres. Car parfois, s'autoriser à prendre le temps, c'est aussi être davantage au contact des autres, et s'accorder des actions meilleures pour sa santé sur le long terme.


Prenons un exemple du quotidien : la nourriture. Il est possible de choisir de prendre le temps de s'informer (quels sont les fruits et légumes de saison ? Quelles recettes permettraient de les cuisiner ?), de faire des courses en limitant les produits transformés, venant de loin et emballés (y a-t-il un fromager, un boucher, un maraîcher près de chez soi ?), d'organiser sa façon de cuisiner (si nous ne pouvons cuisiner tous les jours, est-il possible de mettre en place le principe du batch cooking ? Il propose d'optimiser sa façon de cuisiner en préparant un même jour les plats de la semaine, et ainsi limiter la consommation et le gaspillage). Bien sûr, tout cela nécessite des efforts, du temps et de l’organisation, surtout au début. Comme toute pratique, plus on s'y connait, plus on va vite car on est mieux informé, plus organisé. Autre exemple : les transports. Cela demande du temps de se renseigner sur les alternatives à son véhicule personnel, et une organisation aussi car il faut s'adapter (à un covoiturage, à des transports en commun, à son vélo...) mais les impacts ne sont pas à négliger : en évitant les véhicules individuels, la pollution est réduite, des liens sociaux peuvent se tisser, on peut entretenir sa santé grâce au vélo/à la marche, ou profiter d'un trajet en bus pour lire, méditer, etc.


Ce qu'il est important de comprendre, c'est que chacun et chacune a le pouvoir de choisir. Si une nouvelle habitude demande de la volonté et de l'énergie, elle reste pour autant atteignable, en faisant des ajustements petit à petit. Et si de tels changements de mode de vie sont compliqués à mettre en place individuellement, peut-être y a-t-il de nouvelles façons de vivre ensemble à créer, en voyant si nous pouvons compter sur l'entraide, par exemple pour faire des courses groupées.





Prendre le temps... pour en donner


Dans cette réflexion sur le temps s'invite également la question de l'obsolescence et de la durée de vie des objets que nous utilisons au quotidien. La pollution par les déchets est elle aussi, en partie, la conséquence de notre course effrénée après le temps : remplacer car pas le temps de réparer, jeter car pas le temps de nettoyer, etc. Et si nous prenions le temps d'envisager des alternatives ? Donner du temps à un objet en l’entretenant pour qu'en retour, il nous rende service plus longtemps, et que nous dépensions moins. Cette alternative est intéressante à plus d'un titre : générer de l'emploi, protéger des ressources naturelles (comme les métaux utilisés pour fabriquer notre matériel électronique, qui sont extraits en détruisant des écosystèmes entiers dans des conditions de travail très pénibles), économiser de l'argent, apprendre à apprécier ce que nous possédons plutôt que de courir après la nouveauté.


De nombreuses alternatives voient le jour pour favoriser de tels changements, avec par exemple des repair cafés, des recycleries, des entreprises qui donnent une seconde vie à des objets... Ce qu'il faut c'est...le temps de se renseigner pour les trouver ! Le monde regorge de bonnes idées et de communautés qui ont décidé de miser sur l'innovation et la créativité pour penser et vivre autrement. Le mot clé derrière tout cela : la durabilité. Des objets qui durent, c'est une nature préservée car on n'aura pas besoin d'extraire plus de ressources, ni de jeter.





Donner du temps au temps


On pourrait se dire : “prendre le temps, oui, mais ne faut-il pas au contraire accélérer la cadence aujourd'hui pour préserver l'environnement ?” Les bouleversements que nous connaissons sont immenses : changements climatiques, pollutions en tous genres, perte de la biodiversité... et le combat peut sembler perdu d'avance. Il serait tentant de se dire qu'il est trop tard pour agir, mais ce n'est pas le cas. S'il est véritablement urgent de mettre en place de nouveaux modes de vie, ces derniers s'accompagneront nécessairement d'un nouveau rapport au temps. Le changement climatique, par exemple, ne changera pas d'un jour à l'autre, même si nous arrêtions demain toutes les émissions de gaz à effet de serre. C'est un processus long, qui pour s'inverser aura besoin de temps, lui aussi. Tout comme la dépollution des milieux naturels, ou la reconstitution des populations des différentes espèces aujourd'hui menacées d'extinction. Mais si nous souhaitons donner leur chance à tous les êtres vivants de vivre longtemps et dans de bonnes conditions, c'est aujourd'hui qu'il faut changer les choses. Et c'est là un point de la lutte pour l'environnement qui peut paraître paradoxal : prendre le temps permettrait d'accélérer les changements vers du mieux. Certes, ce que nous faisons aujourd'hui ne se voit pas immédiatement. Mais des exemples ont montré que la nature est résiliente, et qu'en lui laissant sa chance, c'est-à-dire, en lui laissant du temps, elle peut, à certaines conditions, se remettre des dommages que les activités humaines lui ont causés. Faire le choix de prendre le temps, et d'en donner, c'est agir sur le long terme, pour soi et pour le reste du Vivant.





Conclusion : le temps est une source de pouvoir


Le temps est une ressource clé qui permettra d'inverser les tendances négatives que les humains entretiennent aujourd'hui dans leur course à la consommation. La façon dont nous dépensons notre temps est tout autant, si ce n’est plus, un acte d’engagement que lorsque nous choisissons de dépenser notre argent pour tel produit ou service. La première étape pour chacun et chacune d'entre nous est de prendre le temps de s'informer, en croisant les informations : quels sont les enjeux ? Quelles sont les solutions ? Quelles sont les alternatives à nos modes de pensée et de vie actuels ? Que puis-je mettre en place à mon niveau ? Cela nécessite de prioriser et de choisir, ce qui demande du courage et de l'énergie. Bien sûr, certaines décisions nous dépassent à titre individuel : quand on parle de temps, comment ne pas parler de travail et du temps qu'on lui dédie ? Comme pour toutes les réflexions qui concernent la protection du Vivant, cette question du temps est complexe mais centrale. Et si les membres d'Etats Sauvages ont décidé d'accorder du temps à cette association et ses actions, c'est aussi parce que donner du temps aux collectifs qui œuvrent pour l’avenir de toutes et tous, c’est un levier formidable pour faire bouger les choses, ensemble, maintenant, et pour longtemps.

64 vues

Posts récents

Voir tout